Accueil Romans Ados Heureusement que le chien, lui, est un type bien * Lorenza Ghinelli (traduit par Anaïs Bouteille-Bokobza)

Heureusement que le chien, lui, est un type bien * Lorenza Ghinelli (traduit par Anaïs Bouteille-Bokobza)

écrit par Les croutons 7 juin 2018

Cette phrase, c’est celle de Margo, 11 ans qui commence son journal intime presque par provocation. Au moins un que sa maîtresse ne corrigera pas, liberté de parole et d’orthographe. Dedans, elle porte son regard sur les adolescents ou adultes qui l’entourent. Elle détaille, analyse du haut de sa compréhension d’enfant presque adolescente.

Mais ce livre, c’est aussi la perception de Massimo, son grand frère qui se fait appeler Minimo à l’école. Et les parents, Edoardo qui habite au dessus, Filipo le meilleur ami, Vito qui se fait voyou pour ne pas se montrer vulnérable, Céleste qui voudrait s’habiller comme elle l’entend sans immédiatement passer pour un garçon manqué, Stefania qui se trouve trop grosse au point d’avoir un sérieux problème avec la nourriture, Sara et Fiamma qui aménagent…

Là où, dans les premières pages, on devine que chacun a du chemin à faire pour s’accepter, s’apaiser, s’affranchir du regard des autres. Car il est beaucoup question du regard des autres dans cet immeuble aux parois sacrément fines. Le regard des camarades de classes, des parents, des voisins. Je n’en dit pas plus tant il est bon de découvrir au fur et à mesure les liens qui unissent les personnages, les faux-semblants qui éclatent… On y pleure, on y rit, on s’y moque, parfois on se blesse aussi. Mais ce qui est certain c’est que chaque personnage se construit, s’affirme. Car chacun va voir son quotidien bouleverser, ses repères s’envoler pendant cet été décisif.

Un roman polyphonique qui sent bon l’Italie et où on apprécie la diversité des points de vue. Cette chorale de voisins, d’habitants d’un immeuble dans lequel on se croise forcément, on partage des moments quand parfois on aimerait éviter. Et des confessions de chacun se tisse une comédie comme un joyeux patchwork, pleine de sensibilité et d’humour. Où l’on a envie de saluer l’autrice et la traductrice pour ce texte touchant, pour avoir su aborder des thématiques aussi variées que difficiles sans aucun préjugé et avec énormément de bienveillance, de simplicité. S’en dégage une impression de légèreté, comme une respiration, une bouffée d’air frais.

Vous aimerez peut-être

Laisser un commentaire

*