Accueil Adulte Beat Attitude * anthologie par Annalisa Mari Pegrum & Sébastien Gavignet

Beat Attitude * anthologie par Annalisa Mari Pegrum & Sébastien Gavignet

écrit par Laura 9 juin 2018

La Beat Generation, c’est Jack Kerouac, Neal Cassady, Allen Ginsberg, William Burroughs…

Mais en fait, pas que. L’histoire et la culture mondiale ont « choisi » de ne pas – ou peu – s’en rappeler, mais il y a eu des femmes dans les rangs beat. Féministes, amantes, mères, engagées, déchirées, peu importe : elles étaient toutes, surtout et toujours, artistes. Poètes.

Denise Levertov, Lenore Kandel, Elise Cowen, Diane di Prima, Hettie Jones, Joanne Kyger, ruth weiss, Janine Pommy Vega, Mary Norbert Körte et Anne Waldman, ce sont différents styles, différentes voix, différentes façons de parler de la vie. Elles racontent leur rapport à la littérature, au mouvement beat et à ses figures, au monde. Elles racontent ce que c’est d’être une femme dans cette génération, mais aussi, évidemment – et c’est le propre de la littérature – faisant cela, elles posent ces problématiques d’un point de vue résolument universel et intemporel.
Même davantage : elles semblent s’inscrire dans notre époque où les questionnements autour du féminisme sont au cœur de nombreux débats. Si cela fait maintenant plusieurs décennies qu’ont lieu un peu partout dans le monde des combats et des recherches sur l’image, le statut de la femme et le genre, rappelons (si c’est seulement nécessaire) que cela fut un grand sujet au cours de l’année écoulée et que cela continue de l’être – la rentrée littéraire 2018, vous verrez, n’y dérogera pas. Et l’Irlande ne vient-elle pas à l’instant de dépénaliser l’avortement ?

Bruno Doucey, l’éditeur, écrit d’ailleurs dans la préface (qu’il intitule « Assez folles pour changer le monde ») :

Il faut dix secondes pour comprendre que l’histoire des femmes poètes de la Beat Generation n’est pas derrière nous, mais devant. Puisqu’elle n’a pas encore été écrite, ou si peu. Puisque nous découvrons à peine ces femmes. Puisqu’elles ouvrent une route qu’aucune carte ne répertorie. (…) Il fallait deux fois plus de courage, d’énergie, de rage pour écrire lorsqu’on était une femme aux États-Unis dans ces années-là.

Le choix des textes permet de balayer les voix de ces femmes, en soulignant leurs différences et leurs points communs, en retrouvant le spectre des thèmes chers à cette époque. On retrouve dans leur plume ce qui fait la force et la particularité du mouvement beat.

Beat Attitude c’est une anthologie forte, efficace et bien menée. La traduction – réalisée par Annalisa Mari Pegrum et Sébastien Gavignet – retranscrit leur écriture à la fois ronde et percutante, et, comme toujours dans la poésie étrangère publiée par les éditions Bruno Doucey, le texte original est en regard de sa traduction. Si vous lisez l’anglais, n’hésitez pas à en profiter, cette langue, ces sonorités !

Alors oui, les aficionados du mouvement beat, de littérature américaine y trouveront leur compte. Mais vous aussi. Parce que pétard, lire de la poésie comme celle-là, c’est parfois justement pile ce dont on a besoin.

Vous aimerez peut-être

Laisser un commentaire

*