La Soupe de l'Espace Suivez-nous sur Facebook !
  • En ce moment sur le BLOG
  • septembre42014

    Combien de terre faut-il à un homme ?

    Posté par dans la catégorie Albums, Conte

    combiendeterre

    Waouh ! Je referme ce livre avec énormément d’admiration.
    Tout d’abord les illustrations : les sublimes et lumineuses illustrations de Raphaël Urwiller sont attirantes, si surprenantes que ma curiosité en a été attisée ^^ J’avais déjà été séduite par son travail en 2012 avec cet album, puis en 2013 par celui-ci (que je n’avais pas eu le temps de chroniquer… Un jour peut-être ?… Je l’ai tellement aimé !)

    plus

    Le travail de cet illustrateur est majestueux. Voyez et découvrez derrière ses images le travail d’un graveur, d’un séri-graphiste. Waouh ! la claque. Allez une p’tite bio pour le plaisir :

    Raphaël Urwiller, auteur-illustrateur diplômé des arts décoratifs de Strasbourg,
    a cofondé le studio expérimental Icinori avec Mayumi Otero. Ils y travaillent en
    duo ou de façon indépendante, éditant livres d’artiste, sérigraphies et gravures.
    Passionné d’estampes et de livres illustrés, nourri d’imagerie populaire et de dessin
    contemporain, il travaille avec autant de plaisir pour la presse (NY Times, Le Monde,
    XXI etc.), pour l’édition (RMN, Actes Sud, Gallimard, etc.).

    Pour cet album, Raphaël a choisi trois couleurs (le noir étant considéré comme « absence de couleur » suivant mes vieux souvenirs en école d’Art) : le lumineux jaune, le passionné rouge et l’encré bleu. Des jeux de masses, de couleurs, de superpositions se marient pour donner vit à des scènes hypnotiques. Et aussi un trait épuré illuminé par les aplats de couleurs choisis, le tout couronné d’une impression impeccable, somptueuse, en tons directs (bravo à l’atelier Grafiche AZ en Italie !).

    Concernant l’histoire d’Annelise Heurtier elle parle, vous parlera. Elle a choisi un conte juste, une fable moderne qu’elle adapte magnifiquement. Il s’agit là d’une nouvelle de Léon Tolstoï, un des écrivains majeurs de la littérature russe des années 1850-1910, connu pour ses romans et nouvelles, riches d’analyse psychologique, de réflexion morale et philosophique (plus d’infos par ici ^^) et aussi pour son engagement politique…

    demenagement

    Ce texte nous embarque dans les pas de Pacôme, petit fermier. Un jour, vient sur ses terres un étranger qui lui vante la fertilité des siennes : les terres de la Volga. Un déménagement s’impose ! Pâcome est bien décidé à faire prospérer son exploitation. Pourquoi s’arrêter là quand on, peux avoir plus, hein ?! Le voyage ne s’arrête pas là puisque, de nouveau, Pacôme entend parler de lointaines contrés où, parait-il, la terre est si facile à avoir.

    - Ces gens sont bêtes comme des moutons, ricane le marchand en reprenant une part de vatrouchka. Il passent leur temps à jouer de la flûte, boire du thé et chanter. Leur terre, ils ne la cultive pas. Ils te la donnent pour une bouchée de pain.

    Sur place, il rencontre le chef Bachkir qui lui propose un marché : le territoire qu’il parcourra à pied sera à lui pour seulement 1 000 roubles, pourvu qu’il soit revenu avant le coucher du soleil…

    soleil

    Oui Pâcome est ambitieux…
    Un album qui apprendra aux enfants (dès 6 ans) à se contenter de ce que l’on a, que le « c’est déjà ça » est mieux que le « rien » !

    fin

    commandeshop

    BRAVO à toute l’équipe derrière ce livre ! Un message nourrit de riches valeurs, essentielles dans le monde actuel.. GROS COUP DE CŒUR DE LA SOUPE.

  • septembre42014

    Retour à Little Wing * Nickolas Butler

    Posté par dans la catégorie Adulte

    Il y a des romans dans lesquels on se sent si bien, qu’on voudrait ne jamais les terminer. Retour à Little Wing en fait partie. Écriture délicate, personnages avec lesquels on s’identifie, histoire singulière : ce livre a tout pour plaire!

    retour-little-wing

    Les quatre héros sont des trentenaires, nés et élevés à Little Wing, petite ville rurale du Midwest américain. La vie les aura séparés et fait connaitre des destins totalement différents, mais Oh combien américains. Ex-star de rodéo, rock star, business-man plein de succès et fermier, les voilà qui se retrouvent dans leur ville natale. Nous allons les suivre pendant un an et découvrir les 400 coups de leurs jeunesse, leurs secrets, les hauts et les bas de leurs vies, les brouilles et les réconciliations qui font l’amitié. En effet, les voix alternent et c’est petit à petit que l’on explore les sentiments de chacun vis-à-vis des autres et de lui même.

    midwest

    Je dois dire que si ce roman me plait, c’est aussi parce qu’il est fermement ancré dans notre époque et traduit bien le désarroi de ceux qui cherchent leur place dans le monde. Ajoutons enfin que ce roman est un condensé de l’Amérique qu’on aime : celle des grands espaces, où l’on se serre les coudes en cas de coup dur et où « aller de l’avant » est le maître mot…

     commandeshop

     

  • septembre32014

    Une des choses que m’a appris mon père, c’est que lorsqu’il se pose un problème de concurrence entre deux entreprises, il ne faut pas dénigrer son opposant, mais être plus fort que lui. Aussi, ai-je hésité à partager ce lien qui de toute évidence va à l’encontre de ce principe. Mais lorsqu’on a affaire à une entreprise qui bafoue les fondements économiques, républicains et humains de notre société tout en récoltant ses fruits, je me fais un devoir d’être le relai de cet article, qui résume simplement et clairement pourquoi Amazon est une société qui mène le monde du livre à sa perte, et comment l’empêcher de nuire autant…

    Je vous invite donc à lire ce court article, et le partager au plus grand nombre de vos amis, proches, collaborateurs,….

    Merci à Renny Aupetit de l’avoir rédigé.

    Capture d’écran 2014-09-03 à 18.29.36

    Cliquez sur l’image pour lire l’article sur lemonde.fr

  • septembre32014

    Déchirés – Peter Stenson

    Posté par dans la catégorie Romans

    dechires

    Trash, drôle, subversif, noir, cruel, porté par une écriture superbement maitrisée, Déchirés est le premier roman de Peter Stenson.  Un roman qui se lit comme il a été écrit : dans l’urgence. Je l’ai dévoré d’une traite, lors de mon petit séjour à l’hôpital (rien de grave, rassurez-vous, juste les prémices d’un corps de pré-quadragénaire qui se délite ^^).

    Comédie noire à l’humour bien grinçant, roman post-apocalyptique survolté, thriller horrifique sous narcoleptique, Déchirés est tout ça à la fois. L’histoire de Chase Daniels, « junkie minable » (comme l’indique si justement la 4ème de couverture), qui se réveille un lendemain de grosse bringue (comprenez par là une bonne séance de défonce à la Meth) et aperçoit à sa fenêtre une petite fille en train de plonger littéralement dans les tripes d’un rottweiler. Il ne mettra pas 5 minutes à comprendre qu’il ne s’agit pas d’une énième hallucination, et va nous embarquer tambour battant avec lui dans une folle expédition, affublé de son acolyte l’obèse Sténo-John. Ensemble ils vont partir à la recherche de Kay, l’amour perdu de Chase, et seront perpétuellement dans l’urgence de trouver un refuge dans un monde totalement ravagé et peuplé de zombies affamés.

    Peut-être que c’est la loi du plus fort, après tout. Peut-être que le monde en a eu ras le bol d’Homo Sapiens. Qu’il a lâché l’affaire. Il lui a dit, Va te faire foutre, c’est fini pour toi. T’as tout foutu en l’air. T’as pissé dans mon eau, pollué mon ciel, violé mes montagnes, construits des monuments à ta propre gloire sans jamais réfléchir à long terme. Alors maintenant, dégage. Et boum. Apocalypse. Exactement ce qu’on craignait depuis qu’on est descendus de notre arbre. La peur viscérale de l’extinction. La crainte de devoir laisser notre place aux prochains sur la liste – les Morbacs (comprenez Morts-backs).

    Autant vous le dire tout de suite, Peter Stenson ne fait pas dans la dentelle : on est littéralement emportés par cette histoire tragique, où les fantômes du passé de Chase et ses rêves de rédemption dévoilent une personnalité complexe et tourmentée, mais assurément humaine. Le tour de force réside dans l’écriture jubilatoire de Peter Stenson, qui sonne parfaitement juste et crédible, avec une mention toute particulière à sa manière de découper les dialogues (j’en profite pour féliciter Pierre Szczenicer, qui nous a offert là une traduction impeccable).

    Kay dit, Et le truc, c’est que l’alternative n’est pas forcément mieux. Je veux dire, quand je te regarde, pardon d’avance, mais t’es en train de crever, rongé de l’intérieur. Et en même temps, quand je pense à ce que je viens de te décrire, je me rends compte que, quoi qu’on fasse, quels que soient les efforts fournis, on sera au mieux une version ratée de nos parents. C’est horrible, non ? Putain, c’est déprimant.
    Je bois ses paroles. Je n’ai jamais rien entendu d’aussi juste et je veux bien croire qu’il existe une solution, mais je n’en suis pas sûr.
    De toutes façons, c’est plus trop un problème maintenant.
    Quoi donc ?
    C’est pas comme si on pouvait se permettre d’être abstinents.
    Kay éclate de rire. Un rire moins sincère que tout à l’heure. D’une pichenette, elle jette son mégot, puis déclare, On va pouvoir se droguer sans arrière-pensées.
    On se sourit. J’ai envie de l’embrasser.
    On va enfin pouvoir trouver la réponse à la grande question, dit Kay.
    Quelle question ?
    Est-ce que c’est toujours autant la merde une fois qu’on a obtenu tout ce qu’on voulait ?

    Bravo à l’équipe de Super 8 pour avoir déniché cette petite merveille ! Je vous laisse, je replonge dans l’innocence, qui vient tout juste de paraitre ;)

    commandeshop

  • septembre22014

    Les secrets de l’école * Eric Veillé

    Posté par dans la catégorie Albums

    Aujourd’hui c’est la rentrée des classes ! Pour le chef et moi c’est de l’émotion pur jus : notre petit bonhomme, notre tout-petit, notre bébé -il y a encore peu !- fais cette année sa dernière année de primaire ! L’an prochain c’est le collège, le bus, les filles, les heures de colle, la première clope… STOP ! je m’égare; « On n’y est pas encore, chaque chose en son temps; n’y pense pas ma pauv’Lucette ! » Bref ! Revenons à nos moutons (enfin… à la chronique plutôt). Tout ça pour vous présenter aujourd’hui un album qu’on a A-DO-Ré à la soupe (et à la maison ^^) :)

    rentree

    Aux manettes Eric Veillé ! Après nous avoir tout dévoilé sur les loups et sur les papas, c’est au tour des maitresses de passer à la casserole (enfin… vous m’avez compris ^^) mais pas que ! Dans cet album instructif (et pas des moins rigolo) vous allez tout découvrir sur les coulisses de l’école aussi ! Parce qu’à l’école béh… c’est pas qu’une histoire de maîtresse, à ça non !!!

    gens

    Tous les secrets de l’école enfin mis à nu ! on apprend par exemple qu’après la classe, les maîtresses font des batailles de cahiers de CE2 avant de se rendre au bal dans la cave secrète de l’école, ou que les dames de cantine passent leur nuit à traquer poules pour le déjeuner du lendemain des enfants.

    maitresses

    Un livre documenta-rire à dévorer au quatre-heures dès 5 ans (j’ai dit « dès » ;) )
    Bravo Eric (t’es trop fort !)

    commandeshop

    Belle rentrée à tous !!!

  • septembre12014

    La Galerie éphémère s’intalle ?!

    Posté par dans la catégorie Art, Expos

    Quelle belle surprise lors de notre retour de voyage le 20 Août, quelle belle initiative !

    galerieE

    Depuis le 11 Août se sont ouvertes, en face de la librairie, les portes d’une galerie d’Art :
    La Galerie Éphémère :)

    Exposition collective, cette galerie accueille les œuvres d’artistes hyèrois et de la région essentiellement. Elle propose une mixité des genres, des styles mais toujours de qualité. Vous pourrez y découvrir régulièrement de nouvelles œuvres puisque les Artistes ont 7 semaines pour proposer leur travail (à la vente !). Des oeuvres d’artistes plasticiens, de peintres, de sculpteurs, d’illustrateurs, de graphistes, de photographes, de designers, d’artistes de rue…

    Aux manettes de cette chouette initiative, ce curieux et bel atelier trois artistes hyérois : Frédérique Montagnac, Nini Violette et Philippe Boeuf.

    On leur souhaite beaucoup de succès et pourquoi pas… qu’elle pose ses valises ?!

    Vernissage de la Galerie le vendredi 5 septembre.
    + de renseignements par ici & encore + d’infos sur leur page Facebook.

  • août292014

    Orphelins de Dieu * Marc Biancarelli

    Posté par dans la catégorie Adulte, Romans

    Parmi les 607 romans qui vont paraitre entre ce mois d’aout et octobre, il y a les grosses pointures, des romans biographiques – LA tendance de cette rentrée – et puis d’autres, pépites perdues dans la masse… C’est pour les trouver que depuis deux mois, nous lisons, lisons, lisons toutes sortes de choses et il arrive qu’on en débusque.

    Mon premier coup de cœur de la rentrée (mais loin d’être le dernier, je vous rassure) est un véritable Western corse. Au 19ème siècle, dans cette île ravagée par la guerre, l’exploitation et la misère une jeune paysanne vient trouver « L’Infernu », afin qu’il l’aide à venger son frère. Véritable légende, mais usé par la vie, « L’Infernu » est un ancien rebelle, devenu brigand puis reconverti en tueur à gages. Il finit par se laisser convaincre et c’est ensemble qu’ils partent pour ce qui sera sans doute sa dernière mission. C’est probablement cela qui le mène à se livrer, à raconter à la jeune fille son passé fait de coups de feu, de rapines et de violences.

    orphelins-de-dieu

    La langue est envoutante et rocailleuse – comme le pays qu’elle décrit – et nous entraîne dans cette épopée héroïque. Au fil des pages, on développe de la sympathie pour ce tueur fatigué et cynique qui fascine autant que son histoire horrifie.

    Ajoutons d’ailleurs que l’histoire ne manquera pas de vous rappeler un certain film des frères Cohen, lui même un remake d’un classique du cinéma américain…

    commandeshop

  • août292014

    !!! AVIS !!!

    Posté par dans la catégorie Avis !


    fermeture

    La soupière sera exceptionnellement fermée ce samedi
    après-midi
    pour raisons personnelles.
    Merci de votre compréhension :)
    Ouverture donc samedi 30 août de 10h à 13h.

    Related Posts with Thumbnails