La Soupe de l'Espace Suivez-nous sur Facebook !
  • BD
  • mai21

    Catharsis – Luz

    Posté par dans la catégorie: BD

    9782754812757

    Catharsis, c’est le nom du dernier livre de Luz. Et ce n »est bien évidemment pas que ça, c’est beaucoup plus qu’une BD, c’est quelque chose de foutrement personnel, l’expression de quelqu’un qui a survécu à l’impensable. Je crois très sincèrement qu’on est à mille lieues d’imaginer ce qu’il peut se passer dans la tête de quelqu’un qui a perdu ses plus proches amis, d’autant plus quand on lui demande toute la journée ce que ça lui fait, s’il a prévu de faire autre chose, si untel ou tel autre est vraiment Charlie. On peine du coup à imaginer à quel point ça a du lui couter de nous livrer tout ça.

    Parce que ce livre, il est aussi foutrement beau. Il est généreux, libre. Le trait y est fluide, le lâcher prise est évident. Il nous interpelle, nous touche, nous envoie chier avec toute la bienveillance et l’attitude punk qu’on connait bien de Luz ; il nous (me, en tout cas) bouleverse, assurément. On sent le doute, et c’est malheureusement aussi bien là ce qu’on veut sentir. Le paradoxe de la distance et de l’intime qu’on livre. Mais encore une fois, ça n’est pas que ça. C’est un tout beaucoup plus gros qu’il vous faut découvrir, lire et parcourir par vous-même.

    Il y a une phrase, un dicton, que je répète souvent dans des circonstances similaires. Il est sans doute un peu con, mais je l’aime bien. ça dit : « les morts, il n’y a que les vivants pour les pleurer ». Bein c’est encore une fois le cas, alors écoutons pleurer Luz, pleurons ensemble pour ceux que ces connards nous ont pris. Pleurons, puis rions, très fort. Rions à s’en faire péter les baleines, et rappelons nous de Charb, de Cabu, de Tignous, Wolinski et Honoré.

    Merci pour ça Luz. Pour ça, et pour tout ce que tu nous as donné à Charlie. Nous aussi on t’aime fort, on vous souhaite à la femme de ta vie et à toi une belle et longue route…

    commandeshop

    Vous pouvez aussi voir ça ; c’est Luz qui a accordé un chouette entretien à Mediapart, que je vous invite prestement à voir en cliquant ci-dessous :

    http://www.dailymotion.com/video/x2qpptg

  • mai9

    220 volts * Sylvain Escallon

    Posté par dans la catégorie: Adulte, BD

    1450217_10153302079912152_2354038975806112564_n

    220 volts c’est, certes le titre de ce généreux roman graphique paru chez Sarbacane mais c’est surtout le choc que vous allez vous prendre en pleine gueule (excusez mon langage; c’est ainsi que je l’ai ressenti) quand vous aurez refermé cette Bd ! Quelle claque !!!

    11010569_10153302079842152_3414756871948036734_n

    « Ramon Hill est un écrivain à succès. Mais depuis plusieurs mois, rien. Panne sèche. Son roman est en retard, la page reste blanche et avec sa femme, le courant ne passe plus.
    Margot prétend qu’un séjour en montagne, dans le chalet familial, leur ferait le plus grand bien. Le bon air, dit-on, régénère les corps fatigués et apaise les esprits anxieux.
    Mais l’isolement devient parfois une prison et l’autre, une menace… »

    De case en case on s’immisce dans la vie de cet homme triste, seul. A ses côtés on ressent cette pression omniprésente qu’il s’inflige, ce regret de ne plus rien écrire depuis des mois. On vit en lui cette vie de couple dans laquelle les papillons sont partis pour laisser place à des vautours prêts à attaquer.

    11204979_10153302079797152_3996048664160548756_n

    L’ambiance est pesante, la trame noire et cette décharge qu’il nous envoie à la dernière page…  Superbe adaptation du jeune (25 ans !) Sylvain Escallon, du roman de Joseph Incardona chez Fayard noir. BRAVO !

    commandeshop

  • avril24

    Wonderland – Tom Tirabosco

    Posté par dans la catégorie: BD

    wonderland-couv

    Certains livres témoignent d’une histoire très personnelle, mais réussissent le pari d’en faire quelque chose d’éminemment universel. Tom Tirabosco a mis plus de 10 ans pour mettre au monde les 136 pages en bichromie de ce magnifique roman graphique, aux traits fins, précis et charbonneux. Un récit autobiographique fort et puissant, beau et généreux, douloureux mais salvateur.

    wonderland-1

    Il nous livre ici ses plus enfouis souvenirs d’enfance, la relation tumultueuse de ses parents, le caractère colérique et explosif de son père, l’annonce du lourd handicap de son frère Michel le jour de sa naissance (ce qui ne l’a pas empêché de devenir un musicien accompli et reconnu). D’une sincérité sans failles, Tom se livre ouvertement. Nous explique la jalousie qu’il pouvait ressentir envers son frère dans l’attention particulière que lui vouait leur mère. Nous raconte de manière bouleversante la relation très complexe qu’ils ont entretenus pendant des années.

    wonderland-2

    Sans fausse pudeur ni pathos, prenant beaucoup de recul pour nous livrer une narration riche et profonde, Tom nous dévoile également ses influences, ses nombreux souvenirs et anecdotes qui ont fait de lui l’homme et l’artiste qu’il est devenu.

    Un grand merci à lui de l’avoir partagé ainsi avec nous, et un non moins grand bravo à son éditeur Atrabile, pour son engagement et la qualité de son travail de transmission.

    commandeshop

  • mars18

    Vénéneuses * Thomas Gilbert

    Posté par dans la catégorie: Ado, Adulte, BD

    Savez-vous ce qu’est la « Womance » ?
    Contraction de woman et romance, ce néologisme anglais fleurit sur les réseaux sociaux des jeunes femmes américaines de 17 à 35 ans. Sur wikipedia la womance est définie comme : « Une relation étroite et non sexuelle entre deux femmes ». Elles parlent d’elles non plus comme les « meilleures amies du monde », mais comme d’ « âmes sœurs », de leur « double ». Fini le shopping entre nanas, de pleurer le mec perdu ou bien de blablater sur THE mec parfait, non ! La womance ne prône pas ça, que nenni; il s’agit plutôt de s’épauler et de se stimuler, de se câliner (oui en public ^^). Un vrai phénomène de société qui commence à faire surface en France !

    veneneuses

    « Vénéneuses » traite parfaitement le sujet…
    Depuis enfants, elles ne se quittent plus. Domitille la blonde, Nour la brune, liées l’une à l’autre, grandissent, évoluent mais ne se désunissent pas !

    Pour combler le manque affectif familial et l’ennuie, l’excentrique Domitille vit essentiellement la nuit. Quant à la timide Nour, elle suit. L’histoire est un flashback. Le début de la fin si je puis dire… Cette soirée où Domitille surprend Nour dans le lit de celui qu’elle aurait aimé avoir pour elle !

    vene1

    Bien que Nour ressente des sentiments pour Gatien, elle ne dira rien. Domitille est sa fidèle amie, Nour sa protectrice telle Athéna, déesse grecque : sage et belle.

    deesses
    (cliquez pour agrandir)

    Tandis que Domitille, « se la jouant » Méduse, rejette son amie et sombre seule dans la nuit; Nour culpabilise. Chacune atteintes au plus profond d’elles-mêmes, trouveront le chemin qui les réunira, ne vous en faites pas ! Domitille ne manque pas de cruauté et Nour de culpabilité…

    etoiles
    (cliquez pour agrandir)

    De part le choix du papier brillant, de ses illustrations aux corps longilignes, aux plans maitrisées, de ses couleurs envoutantes, Thomas nous embarque dans ce récit d’adolescentes, et nous incite force à ouvrir les yeux sur ce phénomène de société (pas toujours bon, la preuve) qui arrive à grands pas en France !

    commandeshop

  • février19

    unetetebienvide1

    Si vous suivez un peu mes chroniques BD, vous saurez que j’éprouve une véritable admiration pour le travail de Gilbert Hernandez. Un des pères créateurs de la série Love & Rockets (que je me désespère de voir enfin dignement publiée en France) poursuit ici son analyse précise sur le genre humain, sur l’homme dans toute sa complexité. Après s’être attaché à dépeindre magnifiquement l’enfance dans « la saison des billes« , puis la paternité et la filiation dans « Julio« , il porte ici un regard doux et amer sur la période la plus délicate de notre existence : l’adolescence.

    unetetebienvide2

    L’adolescence, pétrie de toutes ses contradictions, ses questionnements, ses révoltes et ses frustrations…
    L’histoire de Bobby, que l’on va suivre au sortir de l’enfance. Un récit en 4 parties où l’on le voit grandir, découvrir, espérer, abandonner, se relever ; un Bobby qui n’a pas de prise avec le monde dans lequel il évolue ; un adolescent qui à défaut de prendre sa vie en main peine à prendre des décisions, à faire de simples choix.
    Sa rencontre avec le Rock va le façonner, lui donner une plus grande consistance. La musique Punk fera naitre en lui le début d’une passion, du moins la connexion avec des envies qu’il n’aurait jamais soupçonné. Mais le manque cruel d’engagement dont il fera preuve le poussera à une certaine inertie, à rester en retrait de sa morne existence…

    unetetebienvide3

    Toujours fidèle à cette belle manière de poser des personnages sans le moindre jugement, Gilbert Hernandez nous offre ici un récit superbe, où l’on se surprend souvent à vouloir aider un Bobby totalement désemparé. Un récit qui nous replonge nous aussi dans ce trouble moment de notre existence, où les questions demeuraient souvent sans réponse, où la rage et les frustrations nous faisaient parfois flirter avec un désarroi dévastateur.

    — C O N C O U R S —

    Pour la sortie d’Une tête bien vide aux éditions Atrabile, je vous invite à nous livrer en commentaire un souvenir marquant de votre adolescence, et gagner un exemplaire de cette superbe BD. Pas besoin d’être très précis, juste quelques lignes évocatrices d’un beau, banal, ou triste souvenir, mais assurément personnel. Vous avez jusqu’à jeudi (28 février) prochain pour nous soumettre votre commentaire, qui sera tiré au sort…

    commandeshop

  • novembre21

    Irmina * Barbara Yelin

    Posté par dans la catégorie: Adulte, BD

    irminacouv

    Dès mon arrivée à la librairie hier après-midi, je n’ai pu faire autrement que remarquer toutes les nouvelles BD qui venaient d’arriver. Et parmi elles : Irmina, qui a tout de suite attiré mon regard. Le soir même, je dévorai ce gros roman graphique, complètement emportée par le destin de cette femme…

    Irmina est une jeune femme allemande des années 30, à la recherche de liberté et d’indépendance et animée par la volonté farouche de se faire une place dans le monde. A Londres, où elle étudie, elle tombe amoureuse de Howard, étudiant de couleur. Bien que leur relation doive rester secrète, elle n’hésite pas à le défendre face au racisme. Dans le même temps, alors qu’elle se voit comme une allemande « normale » et que la politique ne l’intéresse pas, elle se retrouve souvent à justifier le régime nazi.

    irmina1

    Obligée par les circonstances de retourner en Allemagne, pressée par le durcissement du régime et sa volonté d’avoir une bonne place dans la société, Irmina cède peu à peu à l’influence du nazisme. Là voilà qui épouse un architecte membre de la SS et qui détourne le regard lors des pogromes contres les juifs. Pourtant, elle veut travailler et surtout pas rejoindre les diverses associations féminines du régime. C’est ce paradoxe qui est passionnant et qui offre un éclairage rare et subtil sur l’Allemagne nazie et le comportement des allemands « normaux » pendant la guerre. Complices ou indifférents? Coupables en tant que peuple ou victimes en tant qu’individus?

    Car si Irmina nous laisse un sentiment, c’est bien celui – doux-amer – du « ça aurait pu être autrement ». Cet « autrement », on le découvre dans la dernière partie de la BD, lorsque Howard, devenu gouverneur de la Barbade, retrouve la trace d’Irmina et l’invite à lui rendre visite.

    En plus de son superbe dessin et de son histoire touchante, cette BD m’a bouleversée par la subtilité et la délicatesse avec laquelle elle brosse le portrait d’une jeune femme aux multiples facettes…

    commandeshop

  • octobre31

    Ils sont frangins. L’un est photographe, l’autre est dessinateur de BD. Avec eux, on plonge la tête la première dans l’immensité glacée de l’Antarctique.

    luneblanchecouv

    Spécialiste des BD de voyage, Emmanuel Lepage relève avec brio le défi de rendre vivante cette terre gelée et nous sommes bien loin des paysages uniformément blancs que l’on pourrait imaginer. Ce d’autant plus que les frères ont plutôt décidé de nous raconter les aventures humaines qui rendent ce continent si passionnant. D’une part, les aventures extraordinaires des explorateurs qui l’ont découvert dans des conditions défiant l’imagination et d’autre part, l’installation des bases scientifiques et la vie des chercheurs, scientifiques et techniciens qui y vivent.

    luneblanchebateau

    Le fil rouge du récit est néanmoins la relation des deux frères face à leur « grand projet », constamment mis en danger par la météo et autres impondérables : participer au « Raid ». Ce « Raid », c’est le réapprovisionnement, par convoi qui avance à 10 km/heure en moyenne, d’une base située au cœur du continent, à 1200 km de la côte. Réalisé dans le relatif confort qu’offre la technologie moderne, il permet quand même d’imaginer ce qu’ont pu vivre les explorateurs comme Scott, Amundsen ou Shakleton…

    luneblanchephoto

    Découverte, aventure humaine, rencontres, dessin sublime et belles photos : la lecture de cette BD nous emmène vraiment au bout du monde!

    commandeshop

    Ajoutons que les livres sur l’Antarctique foisonnent cet automne avec deux albums sur Shackleton, un des grands explorateurs du continent. Le premier est une BD pour adultes ou ados qui relate son aventure incroyable: « Shackleton, L’odyssée de l’Endurance », aux éditions Cambourakis.

    commandeshop

    Le deuxième  – Le Voyage extraordinaire – est un magnifique album illustré à lire dès 8 ans. Lui aussi nous raconte l’histoire de cet équipage dont le bateau est pris dans les glaces et de ce capitaine qui ramènera tout ses hommes sains et saufs. Les illustrations, parfois petites et détaillées, parfois grandes et impressionnantes, nous montrent bien comment les hommes ont vécu sur la banquise, ainsi que leur ressenti devant son immensité…

    commandeshop

  • septembre25

    Love in vain * Mezzo et J.M. Dupont

    Posté par dans la catégorie: Adulte, BD

     

    loveinvaincouv

    On dit de Robert Johnson que c’est le diable qui lui a appris à jouer de la guitare en échange de son âme. Cette histoire, qu’il colportait lui-même, la rareté de ses enregistrements et son talent indiscutable ont fait de lui la légende du blues qu’on connait. Sa vie fut courte et il ne laisse à la postérité que 29 morceaux enregistrés et trois photos, mais le mythe a irrigué l’histoire du rock, à travers des dizaines d’artistes comme Howlin’ Woolf, Jimi Hendrix, Jimmy Page, Eric Clapton et bien sûr Keith Richards, pour les plus connus. Aujourd’hui encore, les frères Cohen citent sa légende et les White Stripes reprennent une de ses chansons.

    Lire la suite | Commentaires

    Related Posts with Thumbnails