La Soupe de l'Espace Suivez-nous sur Facebook !
  • Adulte
  • mai31

    Journal*Julie Delporte

    Posté par dans la catégorie: Adulte

    journalcouv

     

    Je me demande si je n'écris pas pour savoir si les autres n'ont pas fait ou ressenti des choses identiques, sinon, pour qu'ils trouvent normal de les ressentir. Même, qu'ils les vivent à leur tour en oubliant qu'ils les ont lues quelque part un jour.

    Annie Ernaux

    C'est sur ces mots que s'ouvre Journal de Julie Delporte. A travers cette phrase Annie Ernaux rappelle que l'autobiographie, par le journal en l'occurence, c'est partager une expérience personnelle et intime avec les lecteurs, qui eux-mêmes pourront s'identifier à cette expérience. Elle rappelle ainsi la dimension universelle de l'autobiographie, de la confidence dans l'écriture.

    Ce que Julie partage avec nous c'est la fin d'une histoire d'amour, les prémices d'un éloignement qui va crescendo jusqu'à la rupture totale.          

    journal3


     

    Et puis à nouveau la vie sans l'autre comme s'il fallait réapprendre petit à petit… Les angoisses qu'il faut parfois réapprivoiser…

    journal2

       

    Et puis comment vivre l'écriture à travers cette épreuve? Peut-on arriver à garder par là la trace d'une histoire d'amour? Le journal pourrait-il conserver les souvenirs quand l'absence se fait?

    Julie Delporte interroge aussi le rapport de celui qui se raconte à son journal. Elle questionne sa légitimité, sa nécessité…

         journal5

     

    Julie Delporte se livre à nous, aux couleurs de ses crayons, chaque jour qui passe. C'est un acte de confiance qui m'a beaucoup touchée en tant que lectrice. Et c'est surtout la subtilité, la justesse et la simplicité des mots et du dessin de Julie qui rendent son Journal extrêmement émouvant. Et pour illustrer du mieux possible mon propos je voudrais vous laisser avec les mots de l'Agrume, superbe maison d'édition qui édite le Journal. Leurs mots disent parfaitement l'expérience de lecture toute particulière que nous offre Julie Delporte.

    Julie Delporte questionne la séparation, et on plonge avec elle dans un gouffre, on cherche à fuir la perte, puis on sort la tête de l’eau avec elle et on se souvient… À travers ce récit, elle  pose la question de la trace de l’histoire d’amour, le vœu de tout garder en mémoire ou de tout effacer…

    Une merveille…

    commandeshop

     

  • mai26

    13ème note needs you !!!!

    Posté par dans la catégorie: Adulte

    13e-note-2

    L'annonce d'une pause éditoriale auprès d'une maison d'édition dont  on aime éperdument le travail n'est pas une bonne nouvelle. Au contraire, c'est le genre d'informations qu'on souhaiterait voir publiée un 1er avril porteur d'une blague pas drole.

    Mais ce n'est pas le cas. Après avoir essuyé un début d'année difficile, ils viennent de publier une newsletter selon laquelle un arrêt de la production éditoriale sera effectif dès le mois prochain, jusqu'à ce que la situation devienne plus clémente économiquement…

    Tout ça, c'est bien gentil, mais j'en vois déjà certains me dire : "Mais c'est qui 13ème note ?". Et là je ne vous en voudrai pas, parce qu'en ce qui me concerne je les ai découvert par un heureux hasard. D'ailleurs, et pour la petite anecdote, si je n'ai que très peu d'attirance pour le pays de l'oncle Sam, j'ai un amour sans bornes pour celles et ceux que l'amérique a laissé tomber…

    13ème note, c'est donc une excellente maison d'édition de littérature étrangère, qui s'est fait une spécialité de publier des récits forts, rugueux, bouleversants. Des récits de vie de gueules cassées, de mecs et de nanas que la vie a fracassé, des anti-héros absolus des temps modernes. Parfois récits autobiographiques, comme l'essentiel et tout récent "Né un 4 Juillet" de Ron Kovic ou l'halluciné "American Desperado" de Jon Roberts, ou de purs récits fictionnels comme ceux de Dan Fante, le fils du grand John ou de Mark Safranko, ou bien sous forme de spectaculaires anthologies de littérature comme ce sublime "Ladyland", qui donne la voix à 25 auteures américaines aussi rebelles que magnifiques.

    livre_81 livre_83 COUV_ANTHO_LADYLAND_227

    Une maison d'édition dont le travail et l'engagement sont rarement égalés. Des textes parfois dérangeants, mais toujours très empreints d'humanité ; des destins fulgurants, qui puisent leur rage de vivre dans une énergie folle mais salvatrice.

    Image de prévisualisation YouTube

    La vidéo ci-dessus du Rouquin qui bouquine vient de sortir, et je vous invite urgemment à la découvrir, pour vous convaincre davantage et si besoin est que cette maison d'édition est absolument essentielle au paysage éditorial français, et à tout amoureux de littérature que nous sommes. Enfin, en cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez accéder à tout le catalogue en ligne de la maison d'édition, disponibles en quelques jours sur notre Shop en ligne !
    Merci d'avance pour votre soutien :)

    commandeshop

  • mai16

    Les coquins * marion Fayolle

    Posté par dans la catégorie: Adulte

    coquins

    On l'attendait avec hâte à la soupe le petit dernier de marion !!!
    Vous vous souvenez ?! Cette jeune & talentueuse illustratrice que nous avions invité avec son éditeur (quel génie ce Julien !) pour parler de sa bande dessinée graphique & autobiographique : "La tendresse des pierres", qui ne m'a pas laissée de marbre…

    Aujourd'hui, c'est la sortie d'un tout autre bouquin ^^ Un livre illustratrif, sans texte, aux dessins érotiques et surréalistes. 

    coquins1

    Saurez-vous retrouver les légendes ? Les citations leur étant attribuées ?…

    coquins2

    Bravo aux éditions Magnani qui ose le petit format (de comptoir de caisse) à glisser dans une poche et à sortir à tout moment. Message perso à Marion : "Coquine, va ! Tu caches bien ton jeu ;)"

    Un livre à offrir, à s'offrir sans complexe !

    commandeshop

    Ah ! … Etes-vous au courant les filles ? Marion a créé une ligne de vêtements pour une grande marque. Non ? Allez ! Pour le plaisir des yeux c'est par ici…

  • mai16

    Today, is the Citrus day !!!!!!!!!!

    Posté par dans la catégorie: Adulte

    citrus

    Mais kècecé ? Le nom d'un ancien philosophe latin passé aux oubliettes ? Un guide pratique sur la culture des agrumes acidulés en milieu nordique ?
    Rien de tout ça. Citrus, c'est le p'tit dernier né de la formidable maison d'édition l'agrume.
    Ce n'est pas absolument pas un énième mouk (contraction de magazine et book) destiné à alimenter nos tables de nouveautés, mais un incroyable condensé de tout ce qu'on aime en la matière : du fonds, des articles riches et documentés ; une revue qui n'a jamais autant donné la part belle à l'illustration. 240 pages qui envoient du bois comme on dit par chez nous :)

    VENISE

    Alors si vous considérez comme moi le foot comme le sport le plus populaire et le plus détestable de la planète, si au contraire vous lui vouez un culte inconsidéré, ou si encore vous êtes totalement prophane en la matière, libérez-vous de tout préjugé et partez à la découverte de l'inconnu. Des dossiers palpitants, des histoires bien fendardes, et surtout une qualité graphique irréprochable.

    C'est en librairie dès aujourd'hui, ça ne coute que 17,50 euros, et le prochain numéro (Faits divers) paraitra à l'automne. Un grand bravo à Anne-Lise, Chloé, et à toute l'équipe de Citrus qui après un travail acharné nous offrent là une revue unique, comme eux seuls savent le faire :)

    commandeshop

  • mai14

    La Belle Colère

    Posté par dans la catégorie: Adulte, Romans

    Une nouvelle maison d'édition pour deux livres dévorés ! Les couvertures sont alléchantes, les textes acides et gourmands… La Belle colère c'est le nom de la maison. Une maison qui aime la littérature de l'adolescence (accessible aux adultes ^^)

    La ligne éditoriale de « La belle colère » peut se résumer ainsi : des romans pour adultes dont les héros sont des adolescents. Des livres qui s’adressent aux adultes et se tendent, une fois refermés, aux plus jeunes, non pas parce qu’ils seraient adaptés à leur « niveau de lecture », mais simplement parce qu’ils nous ont profondément marqués.

    Le chef de soupe s'est délecté de "Dieu me déteste" de Hollis Seamon (traduction : Marie de Prémonville), leur première parution (Mars 2014)

    dieudeteste.jpg

    New York, hôpital Hilltop. Richard Casey aura bientôt 18 ans. Comme tous les adolescents, il voudrait faire la fête, draguer, s’envoyer en l’air, tomber amoureux…

    La différence, c’est que Richard sait qu’il ne fêtera jamais
    ses 19 ans. Il est un peu plus pressé que les autres et, pour vivre fort, il lui faut déjouer les pièges de tous ceux qui préféreraient le voir vivre un peu plus longtemps. Heureusement, Richard a de la ressource, du courage et un solide sens de l’humour. Alors il va ruer dans les brancards. Et si Dieu le déteste, il est prêt à rendre coup pour coup.

    Vous n’êtes pas près d’oublier Richard Casey, comment il mena une révolution contre le corps médical, se glissa dans les draps de la jolie fille de la 302, réussit une évasion périlleuse avec la complicité d’un oncle dysfonctionnel, évita de tomber sous les coups d’un père vengeur, et joua finalement son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort.

    L'avis du chef ? "C'est aussi tragique que drôle, et c'est vraiment super drôle…"

    commandeshop

    Le deuxième est arrivé ce matin en soupière. Je l'ai fini hier.

    ballade

    C’est l’histoire d’une fille qui ne veut pas aller au bal de promo, d’un apprenti poète qui l’a épousée pour trouver l’inspiration, et d’un petit garçon rondouillard qui, à défaut d’être cow-boy de l’espace, est ravi de tracer la route en camping-car avec eux.

    L’équipée sauvage d’Hester Louise Day s’annonce comme un fiasco épique. Parce que la famille, même bricolée, ce n’est jamais un long fleuve tranquille, surtout quand on est recherchés par la police et le FBI. Il faut dire que quand Jethro, son cousin de dix ans, s’est invité dans son road trip, Hester n’a pas réfléchi aux conséquences. Mais ce n’est pas trop son fort, les conséquences. Hester a pris la route parce qu’elle ne sait pas ce rqu’elle veut. Ça ne la dérange pas d’être rattrapée, mais pas tout de suite, pas trop vite. Avant cela, il y a des paysages sublimes à traverser, des rencontres inoubliables à faire, des éclats de rire et de colère, un peu d’amour ce serait bien, même si son jeune époux, Fenton Flaherty, n’est pas un grand sentimental. Un peu de sexe alors, à défaut d’amour. Un peu de rêve, un peu d’oxygène… Bref, une ballade belle et mélancolique comme celles dont on fait les grands blues.

    Mon avis ? "Un savoureux road movie reading mariant Bonnie & Clyde à Scoobidou bidouuuh"

    commandeshop

  • mai11

    9782743626877FS

    Les Absents : un titre, pour moi, pas vraiment accrocheur et c’est avec quelques a priori que j’en ai commencé la lecture.
    Pourtant, dès la première page, j’ai été « accrochée » par la qualité et l’intérêt du texte. Georgia MAKHLOUF a énormément de talent pour décrire les personnes et les événements qui ont jalonné sa vie.

    Ce texte nous interpelle, ranime nos propres souvenirs.
    Tout au long de cette lecture je me surprenais à évoquer mes propres rencontres. Ces pages me renvoyaient à mes parcours de vie autant difficiles que très précieux. Des souvenirs qui sont tapis dans un coin de  notre mémoire et qu’un mot, un objet, une odeur fait resurgir subitement.

    Georgia MAKHLOUF a vécu à Beyrouth au cœur d’un pays en guerre, puis s’est exilée à Paris. Elle nous fait partager son enfance plutôt heureuse puis ses différents séjours en France. Ces derniers ne l’ayant pas vraiment épargnée puisque fuyant un état en guerre, elle se trouvait confrontée aux nombreuses difficultés liées au statut de réfugié. Elle évoque cette enfance heureuse suivie d’un exil difficile avec beaucoup de lucidité, d’humour et de tendresse.

    J’attends et espère une suite.

    commandeshop

     

  • avril16

    Kanopé – Louise Joor

    Posté par dans la catégorie: Adulte, BD

    9782756036762v

    Rares sont les coups de cœur unanimes en BD à la librairie, Kanopé en fait irrémédiablement partie. Le cocktail parfait pour une très, très chouette BD : un savant mélange d’aventure,  d’humour, de rebondissements, des personnages drôles et attachants, un magnifique coup de crayon, une intrigue SF bien ficelée, un bel univers particulièrement immersif, le tout servi dans un seul volume (un one shot dans le jargon éditorial) !!!

    La BD démarre par une préface de Philippe Buchet, le papa d’une autre héroïne qu’on aime beaucoup, et depuis quelques années maintenant à la librairie, Sillage (à savoir d’ailleurs que la première édition comporte un bien joli ex libris dessiné par Buchet). Cela n’a rien d’étonnant car les connexions entre Sillage et Kanopé sont nombreuses, et même si Kanopé a son propre univers, on sent que l’hommage à l’œuvre de Buchet est bien présent.

    9782756036762_pl02

    Nous sommes en 2137, et comme on pouvait s’en douter, l’Homme a tout dézingué sur son passage. L’écosystème de notre planète a été complètement déréglé, le reste de l’humanité vit reclus dans le dernier bastion de ce qu’il reste de notre planète, l’Amazonie. Kanopé, une jeune fille orpheline, y vit encore, cohabitant avec une colonie d’anciens révolutionnaires, les « éco-martyrs ». Son destin sera changé à jamais lorsqu’elle fera la connaissance de Jean, qui a fuit de son côté la station orbitale sur laquelle il était prisonnier…

    Louise Joor signe là sa toute première BD, au style impeccable ;  qui lui aura prit 2 ans de sa vie. Rien que ça ! Toutes nos félicitations pour cette excellente BD, un chouette moment de lecture qui donne envie de découvrir ce que cette jeune auteure aura à nous offrir dans les années à venir. Bienvenue Louise, et un grand bravo pour ta Kanopé :)

    commandeshop

  • mars25

    Le Serpent d’Eau * Tony Sandoval

    Posté par dans la catégorie: Adulte, BD

    Le-Serpent-deau-de-Tony-Sandoval

    Tony Sandoval et son univers onirique. J’aime m’y échapper ! Je referme « Le serpent d’eau » paru chez Paquet en février, auparavant engloutie « Les Echos invisibles » (le deuxième tome étant de février également). Rêve, irréalité, le surnaturel vous y croyez vous ?

    serpentEau2

    Dans « le Serpent d’eau » Mila est une adolescente solitaire, ancrée dans la réalité. Elle aime s’échapper pourtant seule en vélo, loin de sa maison, dans des endroits connus d’elle seule. Un jour qu’elle part se baigner, elle rencontre une jeune fille blonde, de son âge. Si mystérieuse, si différente d’elle… Agnès. Notre timide héroïne est attirée et ressent pour cette poupée blonde aux propos étranges une terrible attirance, et plus particulièrement pour ses dents (blanches, si belles) que lui arrive-t-il ?

    Entre rêve et réalité on accompagne ces deux jeunes filles comme par enchantement ou plutôt : comme par envoutement. Les aquarelles de Tony sont magiques, elles offrent un voyagent au cœur d’un conte apaisant et dérangeant, pour adultes, de 144 pages. A sa lecture, Tony Sandoval nous fait jouer avec le feu à chaque page tournée, tout comme Mila flirte avec l’eau…

    serpentEau1

    Le Serpent d’eau est un conte pour grands enfants qui mêle étrangeté et réalité, le surréel en plein cœur du réel ! J’ai adoré m’y plonger. Merci, vivement le prochain !

    commandeshop

    Related Posts with Thumbnails