La Soupe de l'Espace Suivez-nous sur Facebook !
  • Adulte
  • août292014

    Orphelins de Dieu * Marc Biancarelli

    Posté par dans la catégorie: Adulte, Romans

    Parmi les 607 romans qui vont paraitre entre ce mois d’aout et octobre, il y a les grosses pointures, des romans biographiques – LA tendance de cette rentrée – et puis d’autres, pépites perdues dans la masse… C’est pour les trouver que depuis deux mois, nous lisons, lisons, lisons toutes sortes de choses et il arrive qu’on en débusque.

    Mon premier coup de cœur de la rentrée (mais loin d’être le dernier, je vous rassure) est un véritable Western corse. Au 19ème siècle, dans cette île ravagée par la guerre, l’exploitation et la misère une jeune paysanne vient trouver « L’Infernu », afin qu’il l’aide à venger son frère. Véritable légende, mais usé par la vie, « L’Infernu » est un ancien rebelle, devenu brigand puis reconverti en tueur à gages. Il finit par se laisser convaincre et c’est ensemble qu’ils partent pour ce qui sera sans doute sa dernière mission. C’est probablement cela qui le mène à se livrer, à raconter à la jeune fille son passé fait de coups de feu, de rapines et de violences.

    orphelins-de-dieu

    La langue est envoutante et rocailleuse – comme le pays qu’elle décrit – et nous entraîne dans cette épopée héroïque. Au fil des pages, on développe de la sympathie pour ce tueur fatigué et cynique qui fascine autant que son histoire horrifie.

    Ajoutons d’ailleurs que l’histoire ne manquera pas de vous rappeler un certain film des frères Cohen, lui même un remake d’un classique du cinéma américain…

    commandeshop

  • août282014

    Il y a des auteurs que vous attendez comme un enfant attend Noël ! Quelle chance d’être libraire, j’aime avoir gardé ce regard pétillant à la découverte d’un nouveau livre tant attendu… Pour être franche, cette auteure j’ai une histoire avec elle (sans même qu’elle le sache). Avec l’un de ses livres plus précisément. « Bon rétablissement »: voilà LE livre qui m’a fait connaitre Marie-Sabine Roger il y a deux ans. Pour la petite histoire, après l’avoir terminé dans une salle d’attente, je l’ai offert à mon médecin. Ce même médecin qui m’annonça quinze jours plus tard le cancer. J’ai beaucoup pensé à son texte amusant, à ce titre plein d’espoir. Bref… pour les détails je les réserve à l’auteure que j’espère rencontrer un jour.

    Si vous n’avez jamais lu ses livres, vous allez aimer son écriture fluide – si naturelle, comment fait elle ?, ses métaphores hurluburlesques, ses personnages attachants, ses textes trèèès humains.
    Pour en revenir à son dernier roman adulte paru aux éditions du Rouergue (les couvertures sont vraiment belles !) : « Trente-six chandelles » fraichement arrivé en librairie pour cette nouvelle rentrée littéraire, je vais être moins éloquente (je pense l’avoir suffisamment été) bien que ce ne soit pas l’envie qui me manque ^^…

     36chandelles

    Il avait pourtant tout prévu : quitté son boulot, résilié son bail, payé ses impôts, vendu sa voiture… Tout était réglé ! Depuis sa naissance il le savait.  Qu’il s’agisse d’une scoumoune, d’une malédiction, de la poisse ou alors du destin de la famille Decime, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes meurent le jour de leur 36 ans. Alors pourquoi pas notre héros ?!…

    Grâce à Bubulle, mon poisson rouge, j’avais été très jeune confronté à la mort. Je devais avoir dans les quatre ou cinq ans lorsqu’un matin, je l’avais retrouvé en train de faire la planche au milieu de son bocal. J’avais eu beau lui faire la respiration artificielle avec une paille, ça n’avait rien donné du tout.
    Bubulle était cassé.
    Je l’avais apporté à mon père, persuadé qu’il pouvait le refaire marcher, car il était très bricoleur. Mon père l’avait considéré d’un oeil trouble, avant de conclure :
    -Il est mort, ton poisson.
    J’avais demandé :
    -ça va durer longtemps ?
    Il avait répondu :
    -ça va durer toujours.
    Puis il l’avait jeté dans les toilettes – soi-disant qu’il allait retourner à la mer. J’avais regardé Bubulle partir dans le tourbillon de la chasse. Mourir, c’était donc ça : un truc définitif et plutôt emmerdant.

    commandeshop

    Un roman qui parle de la vie avec humour, de la mort avec fantaisie; ou est-ce l’inverse ? ^^
    Un agréable moment de lecture (et une tite leçon de vie aussi) !

  • août192014

    27642641_5842549

    Boris Cyrulnik est un neuropsychiatre qui parvient à passionner tant son écriture est abordable.
    Dans ce livre, il évoque les différentes origines de la résilience à travers un récit très personnel.

    Il n’a rien pu exprimer pendant 64 ans et puis… un événement va lui permettre de revenir sur son douloureux passé durant la deuxième guerre mondiale.

    Dans ce texte, rien de « mélo », mais une vision très lucide sur ce qu’il a vécu et qui a pu contribuer à sa construction psychique.

    «Enfant, dans mon enfance, j’ai certainement fait un travail de transformation de mes blessures et, par la suite, j’ai fait « quelque chose » de cette enfance fracassée. Ça m’a rendu complètement psychiatre… il faut que je comprenne ce qui se passe dans la vie»

    Une lecture facile, fluide, qui évoque les différentes phases de la résilience.
    Comment il est possible de se construire à travers la désobéissance et l’insoumission.
    84 pages à dévorer, à lire et à relire.

    commandeshop

  • juillet262014

    liseur6h27

    Coup de foudre assuré et unanime sur ce merveilleux premier roman de Jean-Paul Didierlaurent, au sein de cette belle maison d’édition que nous aimons beaucoup, Au Diable Vauvert. Autant vous le dire tout de suite, ce bouquin, vous allez l’adorer. Une histoire géniale, simple et décomplexée (dans les bons sens du terme), servis par des personnages bienveillants et extraordinairement attachants, le tout servi par une écriture drôle, percutante et enlevée.

    Au moment où j’écris ces lignes, le livre caracole dans les meilleures ventes, et ce succès est tout à fait mérité. Ce n’est pas lié à un énième matraquage commercial, ça ne transpire pas l’érotisme racoleur d’un fifty shades of grey, c’est juste du au fait que c’est UN TRES BON LIVRE, qui sait allier ferveur populaire et bons sentiments (là encore, dans le bon sens du terme) :) ; un livre que l’on ne peut qu’aimer si l’on aime les livres.

    L’histoire de Guylain Vignolles, un gars qui aime profondément les livres et dont le boulot consiste à les pilonner. Je m’en voudrais de vous en dire davantage, et vous invite prestement à découvrir le fabuleux destin de Guylain. Un livre qui vous fera indubitablement le plus grand bien, et que vous ne serez pas prêts d’oublier :)

    commandeshop

  • mai312014

    Journal*Julie Delporte

    Posté par dans la catégorie: Adulte

    journalcouv

     

    Je me demande si je n'écris pas pour savoir si les autres n'ont pas fait ou ressenti des choses identiques, sinon, pour qu'ils trouvent normal de les ressentir. Même, qu'ils les vivent à leur tour en oubliant qu'ils les ont lues quelque part un jour.

    Annie Ernaux

    C'est sur ces mots que s'ouvre Journal de Julie Delporte. A travers cette phrase Annie Ernaux rappelle que l'autobiographie, par le journal en l'occurence, c'est partager une expérience personnelle et intime avec les lecteurs, qui eux-mêmes pourront s'identifier à cette expérience. Elle rappelle ainsi la dimension universelle de l'autobiographie, de la confidence dans l'écriture.

    Ce que Julie partage avec nous c'est la fin d'une histoire d'amour, les prémices d'un éloignement qui va crescendo jusqu'à la rupture totale.          

    journal3


     

    Et puis à nouveau la vie sans l'autre comme s'il fallait réapprendre petit à petit… Les angoisses qu'il faut parfois réapprivoiser…

    journal2

       

    Et puis comment vivre l'écriture à travers cette épreuve? Peut-on arriver à garder par là la trace d'une histoire d'amour? Le journal pourrait-il conserver les souvenirs quand l'absence se fait?

    Julie Delporte interroge aussi le rapport de celui qui se raconte à son journal. Elle questionne sa légitimité, sa nécessité…

         journal5

     

    Julie Delporte se livre à nous, aux couleurs de ses crayons, chaque jour qui passe. C'est un acte de confiance qui m'a beaucoup touchée en tant que lectrice. Et c'est surtout la subtilité, la justesse et la simplicité des mots et du dessin de Julie qui rendent son Journal extrêmement émouvant. Et pour illustrer du mieux possible mon propos je voudrais vous laisser avec les mots de l'Agrume, superbe maison d'édition qui édite le Journal. Leurs mots disent parfaitement l'expérience de lecture toute particulière que nous offre Julie Delporte.

    Julie Delporte questionne la séparation, et on plonge avec elle dans un gouffre, on cherche à fuir la perte, puis on sort la tête de l’eau avec elle et on se souvient… À travers ce récit, elle  pose la question de la trace de l’histoire d’amour, le vœu de tout garder en mémoire ou de tout effacer…

    Une merveille…

    commandeshop

     

  • mai262014

    13ème note needs you !!!!

    Posté par dans la catégorie: Adulte

    13e-note-2

    L'annonce d'une pause éditoriale auprès d'une maison d'édition dont  on aime éperdument le travail n'est pas une bonne nouvelle. Au contraire, c'est le genre d'informations qu'on souhaiterait voir publiée un 1er avril porteur d'une blague pas drole.

    Mais ce n'est pas le cas. Après avoir essuyé un début d'année difficile, ils viennent de publier une newsletter selon laquelle un arrêt de la production éditoriale sera effectif dès le mois prochain, jusqu'à ce que la situation devienne plus clémente économiquement…

    Tout ça, c'est bien gentil, mais j'en vois déjà certains me dire : "Mais c'est qui 13ème note ?". Et là je ne vous en voudrai pas, parce qu'en ce qui me concerne je les ai découvert par un heureux hasard. D'ailleurs, et pour la petite anecdote, si je n'ai que très peu d'attirance pour le pays de l'oncle Sam, j'ai un amour sans bornes pour celles et ceux que l'amérique a laissé tomber…

    13ème note, c'est donc une excellente maison d'édition de littérature étrangère, qui s'est fait une spécialité de publier des récits forts, rugueux, bouleversants. Des récits de vie de gueules cassées, de mecs et de nanas que la vie a fracassé, des anti-héros absolus des temps modernes. Parfois récits autobiographiques, comme l'essentiel et tout récent "Né un 4 Juillet" de Ron Kovic ou l'halluciné "American Desperado" de Jon Roberts, ou de purs récits fictionnels comme ceux de Dan Fante, le fils du grand John ou de Mark Safranko, ou bien sous forme de spectaculaires anthologies de littérature comme ce sublime "Ladyland", qui donne la voix à 25 auteures américaines aussi rebelles que magnifiques.

    livre_81 livre_83 COUV_ANTHO_LADYLAND_227

    Une maison d'édition dont le travail et l'engagement sont rarement égalés. Des textes parfois dérangeants, mais toujours très empreints d'humanité ; des destins fulgurants, qui puisent leur rage de vivre dans une énergie folle mais salvatrice.

    Image de prévisualisation YouTube

    La vidéo ci-dessus du Rouquin qui bouquine vient de sortir, et je vous invite urgemment à la découvrir, pour vous convaincre davantage et si besoin est que cette maison d'édition est absolument essentielle au paysage éditorial français, et à tout amoureux de littérature que nous sommes. Enfin, en cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez accéder à tout le catalogue en ligne de la maison d'édition, disponibles en quelques jours sur notre Shop en ligne !
    Merci d'avance pour votre soutien :)

    commandeshop

  • mai162014

    Les coquins * marion Fayolle

    Posté par dans la catégorie: Adulte

    coquins

    On l'attendait avec hâte à la soupe le petit dernier de marion !!!
    Vous vous souvenez ?! Cette jeune & talentueuse illustratrice que nous avions invité avec son éditeur (quel génie ce Julien !) pour parler de sa bande dessinée graphique & autobiographique : "La tendresse des pierres", qui ne m'a pas laissée de marbre…

    Aujourd'hui, c'est la sortie d'un tout autre bouquin ^^ Un livre illustratrif, sans texte, aux dessins érotiques et surréalistes. 

    coquins1

    Saurez-vous retrouver les légendes ? Les citations leur étant attribuées ?…

    coquins2

    Bravo aux éditions Magnani qui ose le petit format (de comptoir de caisse) à glisser dans une poche et à sortir à tout moment. Message perso à Marion : "Coquine, va ! Tu caches bien ton jeu ;)"

    Un livre à offrir, à s'offrir sans complexe !

    commandeshop

    Ah ! … Etes-vous au courant les filles ? Marion a créé une ligne de vêtements pour une grande marque. Non ? Allez ! Pour le plaisir des yeux c'est par ici…

  • mai162014

    Today, is the Citrus day !!!!!!!!!!

    Posté par dans la catégorie: Adulte

    citrus

    Mais kècecé ? Le nom d'un ancien philosophe latin passé aux oubliettes ? Un guide pratique sur la culture des agrumes acidulés en milieu nordique ?
    Rien de tout ça. Citrus, c'est le p'tit dernier né de la formidable maison d'édition l'agrume.
    Ce n'est pas absolument pas un énième mouk (contraction de magazine et book) destiné à alimenter nos tables de nouveautés, mais un incroyable condensé de tout ce qu'on aime en la matière : du fonds, des articles riches et documentés ; une revue qui n'a jamais autant donné la part belle à l'illustration. 240 pages qui envoient du bois comme on dit par chez nous :)

    VENISE

    Alors si vous considérez comme moi le foot comme le sport le plus populaire et le plus détestable de la planète, si au contraire vous lui vouez un culte inconsidéré, ou si encore vous êtes totalement prophane en la matière, libérez-vous de tout préjugé et partez à la découverte de l'inconnu. Des dossiers palpitants, des histoires bien fendardes, et surtout une qualité graphique irréprochable.

    C'est en librairie dès aujourd'hui, ça ne coute que 17,50 euros, et le prochain numéro (Faits divers) paraitra à l'automne. Un grand bravo à Anne-Lise, Chloé, et à toute l'équipe de Citrus qui après un travail acharné nous offrent là une revue unique, comme eux seuls savent le faire :)

    commandeshop

    Related Posts with Thumbnails