La Soupe de l'Espace Suivez-nous sur Facebook !
  • Archives
  • juillet12014

    Ca roule Dino?*Florie Saint-Val

    Posté par dans la catégorie Albums

    Dinocouv

    « Alors ça roule Dino? » n’arrête-t-on pas de demander à notre petit dinosaure aujourd’hui! En effet chacun demande des nouvelles de Dino en passant tantôt en taxi pour madame Pic, en gros camion pour monsieur Bec, en trottinette pour les uns, et pour les autres en patin ou en poussette…! Du plus petit au plus gros des transports, à pédaler ou motorisé, tous les transports défilent devant Dino!

    dino1
    dino2

    Dino aussi veut que ça roule pour lui! Avec tous les transports qui existent, Dino rêve d’être équipé à son tour!  Trop grand pour grimper comme les petits dans la poussette ou le caddie, dans quoi Dino va-t-il rouler?

    dino3

    Une histoire sur le thème des transports qui change de l’imagier et peut parler à une tranche d’âge un peu plus large, avec une mélodie dans le texte qui donne du rythme à l’album et une illustration splendide de Florie Saint-Val!

    commandeshop

     

  • juin302014

    M.Flux*Kyo Maclear & Matte Stephens

    Posté par dans la catégorie Albums

    fluxcouv

    Bienvenue dans le quartier du jeune Martin, dans une ville ordinaire, constituée de maisons bien alignées les unes à côté des autres, jolies certes mais sans rien qui détonne! Mieux encore, dans ce quartier aucune forme d’originalité n’est envisagée par les habitants car ils n’ont jamais connu le changement! Ainsi, tout comme les habitants, le jeune Martin vivait au rythme du prévisible

    flux1

    Quand un beau jour, une arrivée impromptue vint bouleverser la routine rassurante, le calme inquiet du quartier: il s’appelait M. Flux! A l’allure de dandy, il ne manqua pas de se faire remarquer. Il se présentait comme un artiste. Et pourtant il ne dessinait pas, il ne peignait pas, ne sculptait pas, non…lui était un artiste qui transforme les choses, les objets, autant dire que le changement lui était quotidien et bien loin de lui faire peur!

    flux3

    Et puis un jour Martin croisa la route de M.Flux. Friand de changement, libre d’esprit, ouvert aux autres, à la rencontre, M.Flux est un bouleversement à lui tout seul, allez disons le, un OVNI pour tous les habitants du quartier! Et si M.Flux devenait bien plus qu’un monsieur qui dérange? Et si son arrivée allait changer la vie des habitants? Et je vous laisse avec ce court extrait qui met en appétit ;)

    Nous aimons que les choses restent comme elles sont.
    -Je vois. Mais Martin, tout change. Regarde autour de toi. Une goutte de rosée, une bulle, un nuage. Qu’est-ce qui ne change pas?

    Un bel album (magnifiques illustrations de Matte Stephens!) plein de justesse pour apprivoiser l’inconnu et ses peurs!

    commandeshop

     

  • juin262014

    garecouv

    Est-ce que la jeune Sylvia vous dit quelque chose?! En fait je vous ai déjà parlé d’elle lors d’une précédente chronique, par ici ! Il s’agit donc d’une seconde aventure avec à nouveau beaucoup de poésie pour parler de l’enfance dans le texte comme dans l’illustration.

    Cette fois-ci on change aussi de saison, il est venu le temps des vacances d’été et Sylvia débarque chez son grand-père. Elle découvre très vite la présence d’une nouvelle voisine, une petite fille de son âge nommée Violette. Cette demoiselle est visiblement passionnée de nature, et Sylvia ne tarde pas à réclamer à sa famille le droit d’aller la rejoindre.

    gare-au-loup-01
    © éditions Cambourakis

    gare-au-loup-03
    © éditions Cambourakis

    Sylvia Lespiègle-Gare au loup m’a rappelée les aventures d’enfance auxquelles on peut jouer des heures entre cousins ou entre copains, avec une curiosité et un imaginaire quasi sans borne (on s’arrête juste pour manger dans mes souvenirs ;)). On s’imagine explorateurs comme Sylvia et Violette. Cet album rappelle aussi ces moments délicieux où pour la première fois, on fait comme les grands en dormant (blaguant) sous la tente toute une nuit!

    Un bel album, une très jolie madeleine de l’enfance!!

    commandeshop

  • mai312014

    Journal*Julie Delporte

    Posté par dans la catégorie Adulte

    journalcouv

     

    Je me demande si je n'écris pas pour savoir si les autres n'ont pas fait ou ressenti des choses identiques, sinon, pour qu'ils trouvent normal de les ressentir. Même, qu'ils les vivent à leur tour en oubliant qu'ils les ont lues quelque part un jour.

    Annie Ernaux

    C'est sur ces mots que s'ouvre Journal de Julie Delporte. A travers cette phrase Annie Ernaux rappelle que l'autobiographie, par le journal en l'occurence, c'est partager une expérience personnelle et intime avec les lecteurs, qui eux-mêmes pourront s'identifier à cette expérience. Elle rappelle ainsi la dimension universelle de l'autobiographie, de la confidence dans l'écriture.

    Ce que Julie partage avec nous c'est la fin d'une histoire d'amour, les prémices d'un éloignement qui va crescendo jusqu'à la rupture totale.          

    journal3


     

    Et puis à nouveau la vie sans l'autre comme s'il fallait réapprendre petit à petit… Les angoisses qu'il faut parfois réapprivoiser…

    journal2

       

    Et puis comment vivre l'écriture à travers cette épreuve? Peut-on arriver à garder par là la trace d'une histoire d'amour? Le journal pourrait-il conserver les souvenirs quand l'absence se fait?

    Julie Delporte interroge aussi le rapport de celui qui se raconte à son journal. Elle questionne sa légitimité, sa nécessité…

         journal5

     

    Julie Delporte se livre à nous, aux couleurs de ses crayons, chaque jour qui passe. C'est un acte de confiance qui m'a beaucoup touchée en tant que lectrice. Et c'est surtout la subtilité, la justesse et la simplicité des mots et du dessin de Julie qui rendent son Journal extrêmement émouvant. Et pour illustrer du mieux possible mon propos je voudrais vous laisser avec les mots de l'Agrume, superbe maison d'édition qui édite le Journal. Leurs mots disent parfaitement l'expérience de lecture toute particulière que nous offre Julie Delporte.

    Julie Delporte questionne la séparation, et on plonge avec elle dans un gouffre, on cherche à fuir la perte, puis on sort la tête de l’eau avec elle et on se souvient… À travers ce récit, elle  pose la question de la trace de l’histoire d’amour, le vœu de tout garder en mémoire ou de tout effacer…

    Une merveille…

    commandeshop

     

  • mai282014

    Jour férié*

    Posté par dans la catégorie Avis !

    Un petit billet spatial pour vous dire que demain
    jeudi 29 mai la soupière fermera exceptionnellement son couvercle pour la journée.
    Nous vous retrouvons donc dès le lendemain, le vendredi 30 à partir de 10h !

    Bonne journée à tous !

    vacances
    Audrey Guiller, Oriol Vidal, Les vacances, coll "mes p'tites questions", éd Milan.

  • mai202014

    L’infortune de Kitty Grey*Mary Hooper

    Posté par dans la catégorie Ado, Romans

    kitty

    Tout commence au début des années 1810, au milieu de la campagne anglaise. Notre héroïne, Kitty Grey, nous emmène plus particulièrement au manoir de Bridgeford où elle vit et travaille en tant que laitière pour la grande et riche famille qui l'emploie: Lord Baysmith, son épouse ainsi que leurs enfants.

    Kitty passionnée par son métier travaille dur, mais contrairement à ce que l'on pourrait penser elle mène sa vie assez librement au manoir. Une atmosphère agréable semble donc exister là-bas malgré la présence des codes sociaux auxquels aucun employé ne déroge jamais.

    En général, le matin, j'avais plus ou moins le champ libre. A partir du moment où il y avait du lait frais pour le petit déjeuner de la famille, et où j'avais confectionné la veille assez de beurre et de crème, ma petite laiterie fonctionnait indépendamment du reste de la maisonnée. Si je m'octroyais un peu de temps après la première traite de la journée, cela ne regardait que moi. C'était là un autre avantage au fait que ma mère ait connu Mrs Bonny par le passé, car cette gentille femme me faisait confiance et n'intervenait presque jamais dans mon travail.

    Et puis surtout, à Bridgeford il y a Will, Will le batelier. Kitty et Will sont amoureux l'un de l'autre et le jeune homme fait le projet de partir à Londres avec Kitty pour mener une vie meilleure là-bas, pour se forger ensemble et libres, un nouveau destin… Mais rien n'est simple, il y a la toute jeune sœur de Will, Betsy, seulement âgé de cinq ans. Kitty rêve de partir mais pragmatique, elle voudrait prendre encore un peu de temps et espère que le jeune homme demandera sa main en bonne et due forme à lord Baysmith.

    Malgré le respect indéfectible montré par les employés à la famille Baysmith, reste néanmoins vrai que domestiques et miss évoluent côte à côte. Ainsi Kitty est confrontée à l'amour et elle s'apercevra très vite que l'une des filles de lord Baysmith, miss Sophia, l'est aussi…

    Lorsque j'allai me coucher ce soir-là, je songeai de nouveau à miss Sophia et me demandai ce que cela signifiait pour une jeune fille dans sa position d'être amoureuse. Y avait-il une différence avec ce que je ressentais pour will?

    C'est dans ce décor very english et presque pastoral du début du XIXeme siècle que Kitty nous embarque…au début seulement…!

    Un jour Will n'est plus à sa cabane, ni à son poste de batelier. Où-est-il allé? Parti sans un mot pour Kittty, sans laisser de trace, elle ne veut pas y croire… Serait-il parti seul pour Londres?
    Kitty bondit sur la première opportunité qu'on lui donne de quitter le manoir de Bridgeford direction Londres où elle est persuadée que se trouve Will.
    Mais son arrivée sur la capitale va très mal se passer: victime de vol Kitty perd son argent et se retrouve bloquée à Londres en milieu hostile.
    A partir de là la jeune fille qui se trouve au mauvais endroit au mauvais moment, met les pieds dans une mésaventure qui l'emmènera jusqu'à la prison de Newgate et ça n'est que le début…!

    Voilà une lecture dont on se délecte! Mary Hooper, via la traduction de Fanny Ladd et Patricia Duez, nous emmène à nouveau dans le Londres d'autrefois (après les superbes Waterloo Necropolis et Velvet), cette fois au début des années 1810. Elle nous invite à découvrir une nouvelle fois l'itinéraire d'un personnage féminin fort, qui affronte les épreuves de la vie à une époque et dans un contexte social, politique qui sont loin d'être aisés: ainsi le roman va nous propulser dans l'univers carcéral et judiciaire du début du XIX eme siècle.
    Avec L'Infortune de Kitty Grey Mary Hooper évoque à nouveau la grande Histoire à travers le prisme de l'histoire personnelle de Kitty.

    Un régal!

    commandeshop

  • mai132014

    CORNICOUV

    Gros cornichon est un monstre que l’on va affronter à grand renfort de…chatouilles!!
    Vous allez me dire « les chatouilles c’est peut-être un peu trop gentil pour s’en servir de moyen de défense?! » ! Et bien c’est là que je me dois de vous préciser que dans ce livre notre chatouille est pour ainsi dire…magique!

    Parce que y en a marre de se faire embêter par ces petits monstres une fois la nuit tombée, cette fois c’est à nous de jouer, l’heure de la revanche a sonné!

    Regardez ce que ça donne en images!

    D’une grosse voix on peut déclamer à Gros cornichon à quel point il ne nous fait pas peur!

    CORNI1

    Et lorsqu’on chatouille notre monstre, notre extraordinaire  pouvoir  c’est d’immobiliser une partie de son corps, de lui ôter ses potentielles armes en somme!

    CORNI2

    Va-t-il garder la tête sur les épaules? Rien n’est moins sûr!

    Voilà un très chouette album qui peut nous faire penser au fonctionnement de Va-t’en, Grand Monstre Vert!  ! Rappelez-vous c’est aussi un monstre que l’on va pouvoir mettre à notre merci en le déconstruisant!

    Gros cornichon en plus d’être ludique et interactif en toute simplicité, permet aussi de parler de ses peurs et de les apprivoiser.

    commandeshop

     

  • mai62014

    Vacarme – Gaëtan Dorémus

    Posté par dans la catégorie Albums

    vacarmecouv1
    On ne s’en rend pas toujours compte car nos oreilles de grands curieux sont un peu plus habituées, mais les bruits du monde qui nous entoure peuvent être impressionnants pour les enfants.
    A travers notre personnage éléphanteau, nous allons découvrir comment il perçoit les bruits des alentours et comment il apprend à moins craindre ces désagréments.

    vacarmecouv
    Notre éléphanteau nous parle d’un bruit domestique qui lui est désagréable, un bruit qui peut revenir souvent dans notre quotidien, celui de la cocotte minute par exemple!

    vacarme1
    Il évoque aussi le tintamarre impressionnant crée par le trafic routier, les klaxons, les sirènes…

    vacarme2
    Les bruits trop forts qui sortent de notre télé (plus actuel que jamais…!), les cris des animaux, le tonnerre qui gronde,

    vacarme4
    Le bruit d’une discussion entre adultes qui tourne à la dispute…

    Tout ce vacarme c’est assourdissant pour un petit éléphant, alors comment s’en protéger? Peut-être en essayant d’être attentif à des bruits un peu plus discrets, des bruits qu’on entend pas toujours de prime abord, ceux qui sont cachés par le dit vacarme… Ceux-là sont des bruits plus paisibles qui émergent de la nature par exemple…!

    Vacarme est encore une belle découverte comme Chat-nouille ou encore Tonio pour ne citer qu’eux!
    C’est toute en délicatesse et subtilité que Gaëtan Dorémus se place du point de vue d’un enfant. Il nous invite à comprendre leurs perceptions sonores, à comprendre comment certains bruits peuvent être associés à une gène, à de la peur avant de savoir les décoder, avant de savoir s’en dégager, avec le temps.

    L’illustration de ce texte est elle aussi riche de par la pluralité des techniques utilisées telles que les crayons de couleurs, les collages qui mêlent des découpes d’enveloppes commerciales, et des papiers pré-imprimés.

    Je vous invite donc très vite à plonger dans cette belle lecture à tous points de vue ;)

    commandeshop

    Related Posts with Thumbnails