La Soupe de l'Espace Suivez-nous sur Facebook !
  • En ce moment sur le BLOG
  • octobre312014

    Ils sont frangins. L’un est photographe, l’autre est dessinateur de BD. Avec eux, on plonge la tête la première dans l’immensité glacée de l’Antarctique.

    luneblanchecouv

    Spécialiste des BD de voyage, Emmanuel Lepage relève avec brio le défi de rendre vivante cette terre gelée et nous sommes bien loin des paysages uniformément blancs que l’on pourrait imaginer. Ce d’autant plus que les frères ont plutôt décidé de nous raconter les aventures humaines qui rendent ce continent si passionnant. D’une part, les aventures extraordinaires des explorateurs qui l’ont découvert dans des conditions défiant l’imagination et d’autre part, l’installation des bases scientifiques et la vie des chercheurs, scientifiques et techniciens qui y vivent.

    luneblanchebateau

    Le fil rouge du récit est néanmoins la relation des deux frères face à leur « grand projet », constamment mis en danger par la météo et autres impondérables : participer au « Raid ». Ce « Raid », c’est le réapprovisionnement, par convoi qui avance à 10 km/heure en moyenne, d’une base située au cœur du continent, à 1200 km de la côte. Réalisé dans le relatif confort qu’offre la technologie moderne, il permet quand même d’imaginer ce qu’ont pu vivre les explorateurs comme Scott, Amundsen ou Shakleton…

    luneblanchephoto

    Découverte, aventure humaine, rencontres, dessin sublime et belles photos : la lecture de cette BD nous emmène vraiment au bout du monde!

    commandeshop

    Ajoutons que les livres sur l’Antarctique foisonnent cet automne avec deux albums sur Shackleton, un des grands explorateurs du continent. Le premier est une BD pour adultes ou ados qui relate son aventure incroyable: « Shackleton, L’odyssée de l’Endurance », aux éditions Cambourakis.

    commandeshop

    Le deuxième  – Le Voyage extraordinaire – est un magnifique album illustré à lire dès 8 ans. Lui aussi nous raconte l’histoire de cet équipage dont le bateau est pris dans les glaces et de ce capitaine qui ramènera tout ses hommes sains et saufs. Les illustrations, parfois petites et détaillées, parfois grandes et impressionnantes, nous montrent bien comment les hommes ont vécu sur la banquise, ainsi que leur ressenti devant son immensité…

    commandeshop

  • octobre302014

    Samedi !

    Posté par dans la catégorie Dédicace

    soupe
    La fin de l’expo approcheBenjamin Adam sera là samedi !
    Oui c’est férié, mais pas pour la soupe ;)
    On vous attend pour une journée pleine de surprises…

  • octobre302014

    1, 2, 3…

    Posté par dans la catégorie Petite enfance

    Si l’on s’amusait à continuer l’intitulé de l’article on chanterait la célèbre comptine… Désolée je ne vais pas me prêter à l’exercice ^^ Mais vais vous parler non pas de un, ni de deux mais de trois nouveautés en « Petite enfance ». Tout d’abord d’un célèbre conte qui devrait vous surprendre, ensuite je vous ferais découvrir les nombres comme jamais et pour finir, partager avec vous un livre qui décoiffe…

    conte

    Commençons avec le célèbre conte, un classique des plus étonnant ! A le voir ainsi vous pensez sans doute « Qu’a-t-elle de plus que les autres cette version ? ». Oui ! Il s’agit effectivement d’une des nombreuuuuuses versions du conte « Boucle d’or et les trois ours ». Non ! Rien à voir avec la sublissime version de chez l’Atelier du Poisson Soluble en effet… Celle de chez Gründ est bien plus « classique ». Par contre, elle est excentrique au niveau de son utilisation. Voyez ce que dit son bandeau : « Le premier livre enregistrable. C’est vous qui racontez l’histoire ». Voilà la différence !!!… Alors ? Qui dit que ce livre (bien solide précisons-le) ne sera pas conté comme « Bou et les trois zours ? » ;)

    commandeshop

    chiffresnombres

    Continuons avec ce tout carton (ci-dessus) et bien épais ! Un petit format pour les petites mimines paru ce mois chez Milan. Voici voilà un livre pour apprendre à compter de 1 à 10, puis des dizaines jusqu’à 90. Mais attention ! Son originalité se trouve dans la narration, les enchainements aussi. Racontés comme une histoire, les chiffres sont ici les stars mises en histoires. Voyez plutôt :

    chiffresnombres1

    commandeshop

    Et pour finir : THE BIG COUP DE CŒUR ! (oui, si j’avais pu j’aurais fait clignoter le titre, ajouté des cœurs partout…) Vous l’aurez compris, il est arrivé et nous sommes encore plus enthousiastes qu’à son annonce (nous pensions l’avoir sur le stand de la Fête du livre de Toulon mais…) !

    imagierTempete

    Ce livre au format carré, tout carton, est hyper hyper intelligent (parce que les enfants, figurez-vous, ils n’aiment pas être pris pour des idiots et sont bien plus intelligents que vous le pensez, na !). Il s’agit de « Mon imagier après la tempête » (Actes sud junior) imaginé et réalisé par le grand sportif & rêveur (on le connait un peu ^^) Eric Veillé (clap clap clap // mes applaudissements à cet auteur-illustrateur qui nous surprend et fait rire à chacune de ses parutions !!! souvenez-vous ici et, par exemple)

    cantine

    naissance

    Cet imagier est un pur régal ! A chaque double page une tempête va venir décoiffer non seulement des objets et autres têtes mais surtout vous retourner les vôtres (hihii)… Où comment apprendre qu’un imagier vu par Eric Veillé tient en place comme un enfant devant un sachet de bonbons ^^

    bouchee

    commandeshop

    Voilà ! 1, 2, 3 livres pour les pitis n’enfants :)

  • octobre292014

    doducouv

    Un jour la jeune Édith 5 ans et demi entend sa sœur dire ces drôles de mots: « anniversaire-maman-dodu-velu-petit ».
    Mais c’est vrai, l’anniversaire de leur maman! Poussée par l’envie de trouver une idée merveilleuse la première et de faire plaisir à sa maman, Édith est plus motivée que jamais et se lance dans une quête haute en rebondissements et couleurs!

    Aussi Édith s’engage dans une recherche effrénée de ce qui pourrait correspondre  à ces trois adjectifs « dodu,velu, petit » sans avoir l’idée de ce à quoi pourrait ressembler cette…chose! Ainsi, Edith va chercher de l’aide auprès des commerçants possiblement achalandés! Pourquoi ne pas essayer de trouver des « dodus-velus » chez le boulanger? Ça vaut le coup d’essayer aussi de demander une « doudoune-velue » au magasin de Mimi!

    dodu2

    Édith court les différents commerces, en vain, toujours pas de « dodu-velu-petit »! Mais peut-être que l’opiniâtreté de la miss finira par payer…Qui sait? Le merveilleux est parfois dur à trouver mais pas si loin de soi que l’on croit!

    dodu4

    Un magnifique album signé Béatrice Alemagna, qui nous emmène dans un très joli univers aux couleurs flamboyantes (quel rose!).
    Beatrice Alemagna nous fait découvrir une ambiance feutrée dans les boutiques des artisans et commerçants à l’identité forte…!

     

    Cette année Les Cinq Mal foutus m’avait complètement embarquée et ça continue avec, à nouveau un album plein de sensibilité et de drôlerie sur la singularité, la confiance en soi, à travers la quête d’ Édith persuadée que tous dans sa famille savent faire quelque chose de merveilleux sauf elle… La miss va découvrir d’elle-même quelque chose d’insoupçonné ! !

    commandeshop

  • octobre272014

    Diabolique dentiste de David Walliams, merveilleusement traduit par : Valérie Le Plouhinec (BRAVOOoooO !!!). Illustrations de Tony Ross (extra !). Un moment génial. Dès 9-10 ans (idéal à 12 !)

    commandeshop

  • octobre232014

    Salut Tibo ! Voilà quelques mois de passés depuis le lancement de cette nouvelle collection, Pépix, dont tu es l’éditeur. Comment ça se passe aujourd’hui pour vous ?

    Je n’aurai qu’un mot : MAGIQUE ! Écoute, on a lancé la collec en mars dernier, cela fait donc à peine 8 mois… et la magie a opéré dès le début. Avec les auteurs et les illustrateurs, qui ont répondu de façon hyper positive, inventive et riche à ce projet, et m’ont proposé des romans absolument géniaux, qui dessinent déjà un vrai visage à Pépix et en composent les différentes facettes. Avec les libraires (hé oui, dont vous, mon ami !), qui nous ont soutenus dès le lancement, fortement, et ce aussi bien dans les petites librairies indé que dans les plus grandes généralistes, ou encore chez certaines enseignes. Avec tous les professionnels du livre, en fait, puisqu’on est déjà dans plusieurs sélections de prix, dont le Tam-Tam J’aime Lire 2014 ! Les deux premiers romans cartonnent, et ce n’est pas un mot en l’air – alors que leur vie ne fait que commencer, on a déjà réimprimé Sacrée Souris de Raphaële Moussafir une fois, et L’ogre au pull vert moutarde de Marion Brunet deux (d’abord au bout de 3 mois puis au bout de 6 !) ; or, on était partis sur un tirage ambitieux. Les mises en place des trois nouveautés parues à la rentrée (La drôle d’évasion de Séverine Vidal, Super-Louis sur l’île aux 40 crânes de Florence Hinckel et Woua-Woua le chihuahua de Rachel Corenblit) sont très hautes, et les réassorts commencent déjà à prendre… WAOUH ! La collec est toute jeune, mais on peut déjà dire qu’elle a bien accroché et la question, en fait, sera surtout : jusqu’où ira-t-on ?. En tout cas, je suis extrêmement confiant, au vu de ces excellents premiers résultats. Pour tout te dire, je n’ai encore jamais vécu un truc pareil en édition, ça me tourneboule !

    Pepix_2014

    Je dois t’avouer que les premiers retours ont été plus qu’enthousiasmants pour nous et pour de nombreux lecteurs. La blogosphère s’est bien agitée, les critiques positives continuent de pleuvoir, et les sélections pour des prix littéraires se font plus en plus fréquentes. Ce succès bien mérité résulte bien d’une recette magique non ? (ça c’était la question fayot du 1er rang)

     

    Lire la suite

  • octobre232014

    oceanauboutduchemin

    C’est toujours une joie lorsqu’un auteur que l’on admire publie un nouveau livre. C’est encore plus agréable lorsque ce dernier est particulièrement réussi. L’océan au bout du chemin est donc le prochain roman du romancier et scénariste Neil Gaiman, un auteur vous l’aurez compris que j’aime beaucoup, beaucoup :) (je vous épargnerai sa bibliographie, mais vous invite chaudement à vous plonger dans n’importe lequel des livres ou bandes dessinées qu’il a écrit pour vous rendre compte du talent indéfectible de cet auteur pour raconter des Histoires)

    Passé maître dans l’art de mêler le merveilleux au réel, Neil Gaiman possède cette faculté à se réinventer à chaque fois. Il est un des rares auteurs à réussir à nous faire peur et nous attendrir au même instant. A donner corps et âme à des personnages fantastiques, joyeusement inquiétants. A créer des mondes et des univers si particuliers, et pourtant étrangement familiers.

    Dans l’océan au bout du chemin, il se livre beaucoup, et nous fait part d’un témoignage vibrant sur l’enfance (même si évidemment romancé), et sur ce que l’enfance fait de nous comme adultes. Difficile de déceler la part de vécu dans cette fantastique histoire, où l’on suit un jeune homme revenir sur les traces de son passé à l’occasion d’obsèques familiales, en retournant dans sa maison familiale.

    Arrivé là-bas, il se souvient de lui, alors enfant de 7 ans, lorsqu’il emménage avec ses parents et sa grande sœur dans cette vieille demeure de campagne. Nous plongeons avec lui dans ses souvenirs, sa rencontre avec Lettie, sa voisine un peu plus âgée que lui, sa découverte de « l’océan » qu’il pensait n’être qu’une mare. Nous pénétrons avec lui dans les méandres de son esprit d’enfant, lorsque l’imaginaire s’immisce dans le réel pour ne faire plus qu’un avec lui. Lorsque le souvenir d’une vision traumatisante nous fait basculer dans l’irréel, quand le sol se dérobe sous nos pieds pour nous dévoiler un univers fantastique et inconnu.

    Les adultes suivent les sentiers tracés. Les enfants explorent. Les adultes se contentent de parcourir le même trajet, des centaines, des milliers de fois ; peut-être l’idée ne leur est-elle jamais venue de quitter ces sentiers, de ramper sous les rhododendrons, de découvrir les espaces entre les barrières.

    Gaiman nous prend par la main pour nous accompagner dans des contrées inquiétantes, peuplées de créatures maléfiques, où les peurs enfantines nous sont décrites de manière précise, et nous apparaissent comme essentielles. Où les monstres effrayants ne sont pas ceux que l’on croit. Gaiman nous exprime de manière très personnelle que l’enfance est quelque chose d’éminemment précieux, que nous ne pouvons nous construire correctement en tant qu’adulte qu’en respectant profondément cela, en n’oubliant jamais qui l’on a été ni d’où l’on vient.

    J’ai pleuré , alors, transi et encore humide, dans cette chambre, pleuré de douleur, de colère et de terreur, pleuré en toute sécurité, sachant que personne n’entrerait et ne me verrait, que personne ne se moquerait de mes pleurs, comme on se moquait dans mon école des garçons assez imprudents pour céder aux larmes.
    J’ai entendu le doux tapotement de gouttes de pluie contre les carreaux de ma fenêtre de chambre, et même cela ne m’a apporté aucune joie.

    Sans pudeur, et avec une immense bienveillance, Neil Gaiman, nous livre ici un roman à l’imaginaire brillant, à mettre entre toutes les mains (à partir de 11-12 ans), qui vous donnera assurément à vous aussi l’envie de replonger dans l’océan de votre enfance…

    commandeshop

  • octobre222014

    Ours Molaire * Vincent Pianina

    Posté par dans la catégorie Albums

    pianinacouv
    (c) Vincent Pianina

    Nous l’attendions avec hâte cet album; pensions même l’avoir pour la Fête du livre de Toulon, trop tôt.. Il est arrivé en librairie il y a quelques jours. Quelle rigolade !!! J’adore ce bouquin (oui, encore un craquage pour ma bibliothèque perso ^^). Un album pour petits et grands, grands et petits aussi ^^ Bref ! Pour tout le monde.

    pianina2

    (c) Vincent Pianina

    « Ours molaire » est édité chez Gallimard jeunesse (tout comme son premier album). Vincent Pianina, auteur-illustrateur également édité chez Sabacane aux côtés du grand Davide Cali avec leur trilogie des « 10 petits insectes«  et chez Thierry Magnier dans la collection « Tête de lard » (souvenez-vous, j’en suis complètement gaga !) avec son titre « En piste, tache ! ». N’oublions pas sa bd adulte, ses débuts, chez 6 Pieds sous Terre éditions et l’album en collectif foufoufou avec l’Articho et sa dernière Bd à l’Association (bientôt bientôt dispo): « Les 40 Ali Baba et le voleur ».

    Pour en revenir à son p’tit dernier, on dit qu’un artiste crée lors de difficultés, non ?! … J’imagine alors Vincent, le cache-nez en place, dans un appart’ où le chauffage est en panne, le nez rouge et coulant, « EnrhuBé » ! VOILà comment est né son idée, ce livre.

    pianina3
    (c) Vincent Pianina

    En tournant les pages, je m’imaginais faisant la lecture à ma filleule de 5 ans :
    – Bouse de cristal.
    – Mais nooooon marraine ! c’est pas bouSe c’est bouLe ! Roooh.
    – Tennis de Fable.
    – Mais nooooon marraine ! c’est pas tennis de Fable c’est tennis de Table »
    Et ainsi à chaque page :) Une lettre change et tout est transformé, complètement bousculé.

    Lire la suite

    Related Posts with Thumbnails